lundi 28 mai 2018

Les Poupées Russes

Le cheminement spirituel et sorcier, au-delà d’ouvrir nos perspectives sur le monde et sa face invisible, permet également de mieux se connaître et d’envisager toutes les facettes de notre identité, du sens de notre existence, de tous les différents visages de notre « moi ». Mes guides, et particulièrement Samaël, m’ont présenté le concept de ce que j’ai appelé les « poupées russes » alors que j’explorais la notion des vies antérieures. Une fois que l’on commence à tomber dans la marmite de ses différentes existences et identités, on se rend finalement compte que la marmite est foutrement profonde et qu’elle ouvre sur un portail multidimensionnel auquel on ne s’était pas préparé. En cherchant à savoir qui j’avais été, et surtout ce que j’avais vécu, j’ai pu obtenir, certes beaucoup de réponses, mais surtout encore plus de questions.


Au-dessus de l’Etre Humain

J’expliquais dans ma série d’articles sur les vies antérieures comment j’avais pu accéder aux annales akashiques, guidée par la Déesse égyptienne Nephtys. La première surprise de cette exploration fût de découvrir des identités non humaines, des sens différents, des capacités étranges. Mais c’est en cheminant avec Samaël que je découvrais quelque chose d’encore plus vertigineux. Je me voyais sous des formes non humaines, du plus céleste au plus incarné, chutant successivement entre les incarnations. Entre chaque « étage », Samaël me rattrapant avec solidité. Je me vis en espèce d’ange guerrier, en extra-terrestre bleue, en tout un tas de bordel bizarre jusqu’à être humaine, tout en bas, dans ma toute petite poupée russe, la chute de plus en plus violente, mais Samaël me prêtant inconditionnellement main forte.

La Grande Poupée Russe

A l’époque, je ne me demandais pas encore s’il y avait un grand schtroumpf, tout là-haut, une grande poupée russe qui avait nourri notre étincelle et vu notre bout d’âme naître. Samaël m’a expliqué tout ce binz graduellement, les révélations se dispersant sur plusieurs années. Effectivement, notre âme individuelle est née à un moment donné, dans une strate bien précise de cette formation des poupées russes. Et c’est de là que l’on peut dire si l’on est une vieille âme ou non. Si notre étincelle remonte loin dans les poupées russes et non pas si l’on s’incarne depuis longtemps sur terre. Cela remet les choses en perspective et nous fait nous sentir encore plus petits mais aussi plus grands. Plus grands car nous avons, en nous, les potentiels laissés là par nos poupées russes successives et, je sens, que nous sommes veillés par ces poupées russes, qu’elles nous ont chéris, nourris, couvés pour ensuite nous missionner, nous armant de toute une flopée de guides bien précis et de capacités à réveiller. Vos guides, d’ailleurs, parlons-en ! Ils sont parfois vos poupées russes ! Et c’est là que ça devient vraiment intéressant. Quand j’ai réalisé qu’il y avait bel et bien, une grande poupée russe, je me suis empressée de demander à Samaël « mais c’est qui ?!!!! ». Amusé de mon excitation, il m’a juste dit « Quand tu connaîtras ta grande poupée russe, tu n’auras plus jamais peur ». L’être humain est bizarre. A l’idée de ne plus avoir peur, ça m’a fait complètement flipper et ça m’a coupé l’envie de trop fouiner. Je me suis dit que c’était encore une pirouette de guide, un double langage à la con que je comprendrais dans 150 ans. Maintenant que je connais l’identité de ma grande poupée, je vois bien qu’il ne suffit pas de mettre un nom dessus. Il faut la connaître vraiment. Et comme elle est moi, et que je suis elle, il me faudra me connaître parfaitement dans la totalité de mes potentiels pour effectivement ne plus avoir peur. Comment découvrir l’identité de sa grande poupée russe ? Ce n’est pas de la tarte et pourtant, une fois qu’on le sait, c’est une évidence. Notre poupée russe, son essence, ce qu’elle est, ce qu’elle représente, est sous notre pif en permanence. On respire, on émet, on véhicule ce qu’elle est. J’étais partie dans des théories, des élucubrations, des machins bien compliqués. Ma véritable grande poupée était trop grosse pour que je la vois j’imagine. Il me fallait prendre du recul pour apprécier le panorama.

Une Grande Famille de Petites Poupées

Je sais que, comme pour un arbre ayant plusieurs branches, je partage mes poupées russes avec d’autres personnes. J’ai en commun ma grande poupée russe avec des frères et sœurs, missionnés tout comme moi, s’attaquant à un angle complémentaire du mien pour accomplir une réalisation commune. Je sais que mes sœurettes sont là. J’en ai repéré certaines de façon sûre parmi mes contacts pour le moment, avec des suspicions sur d’autres que je devrais creuser. J’en vois plusieurs dans le domaine de l’Entertainment, des personnes connues qui œuvrent dans des sphères qui brillent. Vous avez une grande poupée russe, vous aussi. Elle vous a donné tout ce qu’il faut pour vous réaliser. Elle a catapulté vos semblables aux 4 coins du globe et elle attend que vous n’ayez plus jamais peur… 

Avec Ombre et Amour,

Iria


Source image: Alexandra Douglass


7 commentaires:

  1. Vous êtes très intéressant à lire ! Merci �� bonne journée xox

    RépondreSupprimer
  2. Merci, merci, merci... Quel bonheur, quel plaisir de te lire... Comme toujours avec tes mots, ça résonne très fort en moi, ça vibre, et ça arrive juste au bon moment, quand des portes s'ouvrent et des mémoires reviennent.. Avec la peur qui bloque encore beaucoup de choses chez moi mais je me sens bien accompagnée! Merci du fond du coeur de partager tes réflexions, tes connaissances, tes apprentissages! <3

    RépondreSupprimer
  3. Ne plus jamais avoir peur? Mais si je n'ai plus jamais peur, qu'est ce que je vais devenir??? J'ai peur de tout, j'ai peur d'avoir peur car j'ai peur de la peur. Du coup maintenant je crois que j'ai aussi peur de ne plus avoir peur.... �� Je connais pourtant la solution, mais se faire confiance c'est si dur! Mon fort intérieur est planqué si profondément sous des couches et des couches de peur... ç'en est absurde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui Antoinette, c'est un long combat, nous et notre peur. Courage,... On finit toujours par gagner ;)

      Supprimer
  4. Bonjour ! Je crois que si j'avais lu ce texte enfant, je l'aurais imprimé pour que tout le monde puisse le lire.
    Petite, j'avais eu un apprentissage assez intense de la part de personnes qui avaient déjà vécu et qui ne désiraient pas me voir faire les mêmes erreurs qu'eux. Il m'arrivait parfois d'avoir des morceaux de sagesse venant d'anciennes vies (humaines, toutes humaines d'après mes souvenirs), pour m'aider à grandir plus sainement (c'est un peu compliqué de l'expliquer ici, mais disons que où j'étais ce n'était pas un lieu pour apprendre à vivre) et affronter les temps durs qui s'annonçaient déjà. Je n'ai jamais su leur nom car pour eux, ce n'étais plus du tout important, tant que leur travail se voyait sur moi, ils étaient heureux. En vérité, même maintenant, je n'ai jamais pu connaître le nom d'un seul de mes guides.
    C'est très loin des poupées russes mais je crois avoir compris, au moins, un peu de ce que tu veux dire. Le reste, je ne peux qu'imaginer. Merci infiniment pour tout tes partages et tout ce que tu fais pour nous. Ils m'aident à comprendre un peu ce que je traverse dans le domaine spirituel, bien que je doute toujours (au grand dam de mes guides successifs). Bonne journée et désolée pour ce commentaire long et hors sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas Anna! Merci pour ce partage riche qui, par arborescence, se relie à notre sujet :) Cette recherche de compréhension, c'est le tronc commun et tout ce qu'on pourra expérimenter en la matière sera bon à prendre. Excellente journée à toi

      Supprimer
  5. Très bel article qui me parle profondément.
    Au niveau des poupées russes, des choses imbriquées et des annales akashiques, cette séquence, au niveau artistique,poétique et émotionnel, m'y a toujours fait songer

    https://youtu.be/Ze8Ts45LVdg

    RépondreSupprimer