mardi 8 mars 2016

Vies Antérieures 3 : Schémas et Liens Karmiques

Je ne crois personnellement pas qu’il soit utile de savoir avec une précision parfaite l’identité de la personne que nous avons été dans nos vies antérieures. En revanche, ce qui est merveilleux pour travailler sur soi, c’est d’explorer qui nous avons été à l’intérieur. Quels challenges avons-nous dépassés, quels traumatismes avons-nous dû essuyer, quelles réalisations ont pu éclater ? Quels relations et schémas relationnels se sont répétés ? Quel héritage nous incombe actuellement en lien avec ce que notre ancien moi a fait ou n’a pas fait ? Ce sont exactement ces sujets que j’aborde pour vous dans mon Tirage Vie Antérieure.

Un exemple de schéma karmique

Grâce à cette méthode, on peut détecter, par exemple, un schéma de sabotage qui se perpétue si nous avons un souci avec l’argent. Une (ou plusieurs) vie antérieure faite d’oisiveté, de fêtes, de dépendance financière aux autres peut résulter en un gros problème actuel pour trouver du travail et gagner sa vie de façon pérenne, même si nous sommes diplômés jusqu’au cou, bigrement doués, acharnés dans notre recherche d’emploi,... Il sera alors intéressant de savoir pourquoi ce sabotage a eu lieu. Peut-être dépendions-nous dans cette vie lointaine d’un père très riche qui s’occupait de tout pour nous et sommes-nous tombés dans la facilité. Dans notre vie actuelle, ce père de l’autre vie est peut-être réincarné en conjoint, ami, enfant et a-t’il besoin, cette fois-ci que nous inversions la tendance afin de prendre soin de lui à son tour et reconnaissions la futilité du statut social. Tant que l’on se bloquera sur la notion d’argent et de regard extérieur sociétal désapprobateur sur notre situation, le problème empirera. En revanche, en prenant conscience de la valeur émotionnelle que cet argent peut prendre par rapport à ce lien karmique, on peut avancer vers le déblocage. La motivation de départ pour trouver cet emploi peut alors radicalement changer. Nous passons d’un état où nous cherchions à gagner de l’argent pour nous-même, pour rassurer notre égo, pour montrer au monde notre valeur, notre normalité, à une énergie de désir de faire vivre sa famille, de faire des projets ensemble, d’utiliser l’argent comme « monnaie bonheur » au lieu de « monnaie égo ».

Les liens karmiques

Une chose marquante dans cette exploration est le fait que nous retrouvions les mêmes âmes, en positif comme en négatif. Il s’agit là de contrats karmiques passés avec ces âmes afin de nous apprendre des leçons. Ainsi, nous retrouvons souvent les membres de notre famille ou de notre cercle proche même si les rôles sont redistribués de vie en vie. J’ai personnellement un lien karmique très problématique à la mère, lien qui m’a apporté énormément de souffrance mais sur lequel je dois apprendre pour m’élever. Grâce à ce lien désastreux, je travaille sur le sens même de la féminité et de la maternité, sur le féminin divin, le corps en tant que temple, les liens qui doivent être sacrés, l’Amour en tant que notion pure et inconditionnelle, la liberté d’être soi sans culpabilisation... Ainsi, lorsque le travail a bien avancé sur un lien karmique, on peut se détacher peu à peu de la souffrance générée par un cycle négatif et, en soi-même, remercier cette âme pour les leçons apprises grâce à elle. Bien sûr, les liens ne sont pas toujours problématiques mais il est fort probable que nous retrouvions les mêmes personnes tant que des choses non résolues subsistent. Il sera alors intéressant d’analyser ce que nous devrions travailler pour soi et pour les autres afin d’avancer. Si nous avons une très mauvaise relation avec la personne cela ne veut pas dire que nos âmes entretiennent le même rapport. Je crois personnellement que des âmes qui nous aiment ont accepté de « jouer les méchants » pour nous permettre d’évoluer. C’est pourquoi je réfléchis plus en termes de familles d’âmes, sans idéaliser ce que cela veut dire.

Âmes sœurs, âmes jumelles

La personne qui vous a fait les trucs les plus dégueulasses peut très bien être une « âme sœur » au sens large du terme. Je n’adhère pas au sens romantico-délirant du terme « âme sœur » tel qu’on nous le vend actuellement. « Trouver l’âme sœur » est devenu un slogan marketing ringard et n’a plus grand-chose à voir avec ce que cela veut vraiment dire, sachant que nous avons de nombreuses âmes sœurs et que cela n’est pas toujours l’amour fou, bien au contraire. Que dire des âmes jumelles ? Ces âmes qui nous complètent pour former un tout plus grand. Elles seraient les parts de nous qui nous manquent. J’adhérais beaucoup à cette théorie auparavant et elle perd de plus en plus son sens au fur et à mesure que j’explore l’infiniment grand. Nous venons tous de la source. Ne sommes-nous tous pas des bouts de la même chose ?

La seule chose qui compte dans les vies antérieures

N’est-ce pas là l’enjeu le plus salvateur du travail sur les vies antérieures ? Identifier et comprendre les schémas karmiques, les pièges dans lesquels nous tombons encore et encore, les talents que nous développons systématiquement, les difficultés auxquelles nous nous accrochons invariablement, les relations dont nous devons apprendre pour grandir… Comprendre le contenu est bien plus important que d’identifier le contenant. C’est pourquoi il ne faut pas rester bloqué dans le besoin de dater et situer les choses avec grande précision.


J’ai été tout un tas de gens mais tout ça, on s’en fiche. L’important c’est que j’ai appris…


Illustration de Faye Osman

1 commentaire: