lundi 21 décembre 2015

Message à tous ceux qui sont "Différents"

Voici un mot d’Amour à tous ceux qui sont « différents ». Que veut dire « différent » d’ailleurs ? La norme est une notion assez galvaudée et qui n’a jamais eu de contours nets. Cependant, le sentiment d’être sans cesse à contre-courant est un indicateur assez criant du fait d’être différent. Se sentir différent est ce qui met le doigt sur la différence en question.

La différence peut revêtir de nombreux habits. On peut être différent physiquement ou intérieurement. Peu importe. Certains vont choquer au premier regard par leur exubérante expression vestimentaire quand d’autres vont rebuter les troupeaux par le simple fait d’ouvrir la bouche et d’exprimer quelque chose d’inédit (ou garder le silence et déclencher la désapprobation la plus véhémente qui soit ! De longs silences en disent tellement long…). Bref, si vous êtes différent, vous le savez. Parce que vous vous sentez différent. En décalage. Un Fou relatif parmi les fous à lier. Nageant difficilement contre le courant de la conformité bienheureuse et anesthésiée. Épuisant, n’est-ce pas ? Mais finalement, continuer de nager contre ce courant grotesque se révèle être le choix salvateur, bien que péniblement courageux, nous garantissant de ne pas mourir à nous-mêmes.

Il est bien difficile d’être différent quand les autres vous assassinent continuellement de leur culpabilisant regard standardisé. « Pourquoi ne fais-tu pas comme tout le monde ? ». Mais même si « Tout le monde »  est le dernier des cons, peu importe car « Tout le monde » a pignon sur rue. « Tout le monde » est représenté dans les médias et la politique. « Tout le monde » est le parfait petit producteur et consommateur, élevant des armées de petits « Tout le monde » prêts à reprendre le flambeau de l’achat compulsif et de la course au statut.

« Tout le monde » adorera monopoliser la conversation autour de son travail (qu’il déteste mais dont il ne peut s’empêcher de parler sans cesse car c’est ce qui, selon lui, résume toute sa valeur), bifurquant vite sur la question de l’argent et des angoisses sur le pouvoir d’achat. « Tout le monde » voudra systématiquement savoir votre métier et celui de votre conjoint avant d’intensifier tout contact avec vous car il faut absolument savoir combien vous valez. « Tout le monde » passera sa semaine au travail (à se plaindre du dit travail et à glander grassement tout en s’efforçant de peaufiner l’art d’avoir l’air de travailler dur). « Tout le monde » passera son vendredi soir à parler de son travail, gonflant sa véritable contribution afin d’épater son auditoire, et son week-end à dépenser sa pitance compulsivement pour avoir l’impression d’exister, considérant un dimanche chez ikéa comme le summum du hype lors du rapport autour de la machine à café le lundi matin. Si vous dites à « tout le monde » avoir passé le week-end à vous délecter du charme d’un bon livre, il va tenter de vous exorciser ! Sans rire…

Bon, entre nous, n’est-ce pas complètement insupportable d’être continuellement jugé, rabroué, désapprouvé et regardé de haut par ce très cher « tout le monde » ? Celui-là même qui vous assomme de son opinion révoltante à tout bout de champs et ose vous imposer le silence quand vous osez en placer une qui ne cadre pas avec sa petite vision étriquée du monde. Celui qui vous croit « gentil » et « silencieux » ou encore « timide » parce que vous ne souhaitez pas plus que cela vous engager avec lui dans une conversation aussi futile qu’insipide et qui ne comprendra pas que tous les démons de l’enfer s’abattent sur lui quand il ira trop loin et vous marchera sur les pieds une fois de trop.  

Si vous vous sentez différents, il y a de grandes chances pour que vous ayez été oubliés dans une marée de « tout le monde » bien-pensante. Chers Amis Différents, vous n’êtes pas seuls.

Nous sommes là, quelque part, désespérant nous aussi lors des dîners où « tout le monde » ne parle que du boulot qu’il exècre pour se donner de l’importance. Nous sommes là, le nez plongé avec ravissement dans un bouquin. Nous sommes là, à chercher un sens à ce qui n’en a peut-être pas. Nous sommes là à penser à notre tribu silencieuse et anonyme. Nous sommes là à emmagasiner l’absurdité du quotidien pour pouvoir un jour laisser éclater notre différence avec panache. Nous sommes là, cheminant où les autres ne nous suivent pas, là où personne ne nous prête une oreille attentive. Nous sommes là, ressentant la puissance de la solitude comme une merveilleuse malédiction. Nous sommes là, nous cassant la gueule et réussissant seuls, essayant toujours. Nous sommes là, connaissant bien le goût d’une jeunesse de souffrance et la volupté d’une éclosion spirituelle. Nous sommes là vivant la même chose que vous et des milliers de choses différentes aussi, vous envoyant de l’amour, de la compassion, de la sympathie et de la solidarité. Nous sommes là.

Je suis là.



Photo de Chaerul Umam




4 commentaires:

  1. Merc j'aime vraiment vous lire! C'est toujours intéressant!

    RépondreSupprimer
  2. Tu me tires les larmes aux yeux à chaque fois que je relis ce texte,
    aussi bien écrit dans sa forme que dans son fond, un texte doudou, celui d'une main tendue, d'une sœur qui parle le même langage, d'un membre d'une famille de cœur et d'esprit.
    Je rajouterai qu'heureusement que nous sommes là, nous autres, différents, parce qu'au final, à
    40ans passé et après bien des galères, et du rejet, je me dis, que c'est ma différence qui aide la majorité des personnes que j'accompagne.
    S'épanouir, être libre et heureux, c'est souvent être différent, rompre avec la masse, le formatage, la pub, les diktats, et cultiver ce qui vient de notre âme et de notre cœur avant tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Loulou pour tes mots qui me réconfortent énormément en retour <3 Une main tendue ne serait rien sans d'autres mains pour la saisir. Heureusement, nous sommes là et merci d'être là toi aussi!

      Supprimer