mercredi 16 septembre 2015

Taroculte 16 : La Tour, Patatra

La Tour, également appelée La Maison Dieu (l’âme et son Dieu) fait partie des cartes qui font peur. Parmi les trois cartes sensibles, la Mort, le Diable et la Tour, c’est bel et bien cette dernière qui me met personnellement mal à l’aise quand elle sort car j’ai eu mon lot de mésaventures avec elle. Et pourtant, sa richesse est telle qu’elle peut aussi bien annoncer des catastrophes que des libérations  salvatrices. C’est une carte extrêmement complexe qui apporte toujours des leçons dans son sillage. On ne ressort pas indemne de la Tour mais on en apprend toujours beaucoup.

La Maison qui se casse la gueule



Dans le Tarot Noir, c’est la représentation inspirée du tarot de Marseille qui nous est offerte. La Tour est frappée par une énergie étrange (la foudre, la colère divine ?) tout droit sortie du Soleil. C’est l’énergie masculine qui frappe de façon fulgurante, induisant une pénétration de l’idée, une action puissante. La Tour est destituée de sa partie haute ressemblant à une couronne. C’est l’explosion des vieux carcans et idées préconçues qui nous rassuraient faussement et nous enfermaient dans l’égo. La Tour est une carte qui éveille ou fait perdre la tête par sa fulgurance et son intransigeance. Les personnages qui tombent cul par-dessus tête sont expulsés de cette Tour, soit punis par la rage divine, ayant été trop présomptueux (comme Icare ou ces pauvres bougres qui s’esquintaient sur la Tour de Babel), soit devenus trop grands pour ce carcan dans lequel ils étaient sérieusement engoncés. L’énergie magique et mystique est présente avec toutes ces boules d’énergie multicolores. C’est un nouveau paradigme qui s’installe. Rien ne sera plus pareil car Dieu/le Destin/la Source a parlé. Nos personnages chamboulés retrouvent le plancher des vaches de façon brutale. C’est bien là l’énergie de la Tour, une énergie cosmique qui frappe d’en haut pour ramener en bas, sur Terre, ancrés, conscients et humbles.


La Chute est inévitable



Dans le Alice Tarot, c’est la mésaventure d’Humpty Dumpty qui nous est contée. Le personnage Œuf voulait rester sur son mur, bien à l’abri et faisait preuve d’une arrogance et d’un manque de réalisme exaspérants. Cramponné à son mur, il refusait d’en bouger, croyant dur comme fer que rien ne pourrait l’en déloger. Cependant, il finit par tomber ! Forcément ! Et vous savez ce qui arrive à un œuf qui tombe. C’est la revanche du karma qui est à l’œuvre ici. Vous ne pouvez pas lutter contre le destin. Votre refus d’avancer et votre résistance aux changements ne font que précipiter votre chute. Le changement arrivera avec votre coopération ou malgré le manque de cette dernière. Mais plus il existe de résistance, plus dure sera la chute. On nous rappelle avec ce tarot que l’on doit casser des œufs pour faire une omelette. C’est souvent douloureux au début mais nous pourrons créer des choses délectables grâce à ce court moment d’inconfort.

L’inattendu



Dans le Beautiful Creatures Tarot, c’est une représentation différente qui nous attend. La carte est renommée « L’inattendu » et nous rend perplexe avec cet ange étrange et sa jarre de vision. La mystique est mise en avant et nous pouvons imaginer qu’il s’agit là d’un ange déchu venu apporter le destin, dans sa jarre qui voit tout. On retrouve encore la descente, l’énergie du haut vers le bas et ce destin inexorable qui nous met à l’épreuve. Les messages du divin nous sont apportés sur un plateau. Ce sera déstabilisant mais nous en ressortiront plus éclairés. Avec l’inattendu, tout peut arriver. Alors, à quoi bon résister et essayer de tout contrôler ?

Drôle de carte que la Tour, capable de donner des significations encourageantes de libération, d’explosion créative, de fécondation, d’énergie orgasmique, de hourra… Et des sentences glaçantes de chute, de dure leçon, de catastrophe,… Vous l’aurez compris, c’est la carte de toutes les fulgurances. Pour en éviter ses caprices, laissez circuler l’énergie, cultivez le lâcher-prise et l’humilité. Mieux vaut faire de la Tour une amie !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire